Starfish

Une fille. Une cassette. Et la fin du monde.

Synopsis

[Shadowz Exclu] Le portrait unique et intime d'une jeune fille en deuil de la perte de sa meilleure amie. Alors qu’elle rassemble les pièces d’un mystérieux puzzle, la fin du monde approche et toute sa réalité est remise en question.

Pourquoi voir ce film ?

Récit fantastique métaphorique traversé de quelques belles fulgurances horrifiques, Starfish fait autant écho au Melancholia de Lars Von Trier qu'au Sans Un Bruit de John Krasinski. Intimiste et puissant, le premier long-métrage du talentueux A.T. White est un trip existentiel visuellement époustouflant et émotionnellement dévastateur.

"Entre nostalgie et onirisme, Starfish nous fait réfléchir avec douceur et violence sur la fin du monde – du moins sur la fin de notre propre monde personnel." Demoiselles d'Horreur

"Commençant à la manière d'un mélodrame, ce film-concept, porté par Virginia Gardner (que l'on avait découverte dans le Halloween de David Gordon Green), prend un tournant inattendu, entre Pontypool et The Mist. Si le film n'est pas exempt de défauts, et mise davantage sur ses indéniables qualités esthétiques que sur son scénario, qui laissera certainement quelques spectateurs sur le carreau, il s'agit néanmoins d'un joli coup d'essai pour un premier film, qui place A.T. White dans la liste des réalisateurs à suivre." Marie, Panic! Cinéma

Partager sur